commandeur

commandeur

commandeur, euse [ kɔmɑ̃dɶr, øz ] n.
• fin XIIe « chef »; de commander
1 N. m. (1260) Hist. Chevalier d'un ordre militaire ou hospitalier, pourvu d'une commanderie. Commandeur de Malte. Don Juan invita à souper la statue du commandeur qu'il avait tué. Fig. La statue du commandeur : l'instrument du destin, qui fait justice d'un crime.
2(1814) Commandeur, commandeuse de la Légion d'honneur (grade au-dessus de celui d'officier). Être promu commandeur. Cravate de commandeur.
3 N. m. (av. 1704) Hist. Commandeur des croyants : titre que prenaient les califes, encore porté de nos jours par le roi du Maroc.

commandeur nom masculin (de commander) Chevalier pourvu d'une commanderie. Un des grades supérieurs des ordres de chevalerie. En France, grade le plus élevé des ordres nationaux et des ordres civils. ● commandeur (expressions) nom masculin (de commander) Commandeur des croyants, traduction du titre honorifique arabe de amir al-muminin, en usage chez les musulmans. Grand commandeur, premier dignitaire de l'ordre de Malte, après le grand maître ; dignitaire d'un grade plus élevé que celui de commandeur, dans certains ordres de chevalerie. ● commandeur (synonymes) nom masculin (de commander) Commandeur des croyants
Synonymes :
- émir

commandeur
n. m.
d1./d HIST Chevalier pourvu d'une commanderie. La statue du Commandeur dans "Dom Juan".
d2./d Dans certains ordres, grade au-dessus de celui d'officier.
d3./d HIST Le commandeur des croyants: titre que prenaient les califes (et que porte toujours le roi du Maroc).
d4./d (Antilles fr., oc. Indien) Autref., contremaître qui surveillait les esclaves dans une plantation.

⇒COMMANDEUR, subst. masc.
A.— HIST. [Dans certains ordres milit. et relig. (ordre des Templiers, ordre de Malte, ordre teutonique, etc.)] Chevalier honoré de la commanderie. Commandeur de l'ordre de Malte, de l'ordre teutonique :
1. Joinville conseilla de contracter un emprunt auprès des Templiers, puisque l'ordre faisait ouvertement la banque. Le commandeur du Temple refusa. Pour respectueux que fût Louis IX des privilèges des Ordres, il fut suffoqué.
GROUSSET, L'Épopée des croisades, 1939, p. 367.
LITT. Personnage du Don Juan de Molière. MUS. Don Juan de Mozart. Le commandeur (de pierre); la statue du commandeur :
2. Le Don Juan de Mozart (...) présente deux instants décisifs. Dans le premier, l'angoisse — pour nous — est déjà là (le Commandeur est convié au souper), mais Don Juan chante :
« Vivan le femine — viva il buon vino — gloria e sostegno — d'umanita... »
Dans le second, le héros tenant la main de pierre du Commandeur — qui le glace — et pressé de se repentir — répond (c'est, avant qu'il ne tombe foudroyé, la dernière réplique) :
« No, vecchio infatuato! »
G. BATAILLE, L'Expérience intérieure 1943, p. 121.
PHARM. Baume du commandeur (de Permes). Teinture balsamique pourvue de propriétés antiseptiques dont la mise au point est attribuée au commandeur de Permes. On prescrira (...) quelques légères doses de balsamiques, tels que le baume de Canada, le sirop balsamique de Tolu, (...) le baume du commandeur (GEOFFROY, Manuel de méd. pratique, 1800, p. 285).
B.— P. ext.
1. [Dans certains ordres de chevalerie] Grade honorifique plus ou moins élevé mais supérieur au grade d'officier. [Dans l'ordre de la Légion d'honneur] Troisième grade; p. méton., personne titulaire du grade de commandeur. J'ai été nommé chevalier après le 10 décembre, officier en janvier 52, commandeur le 15 août 54, grand officier il y a trois mois (ZOLA, Son Excellence E. Rougon, 1876, p. 78). Une semaine après qu'il aurait été nommé commandeur, il serait fait grand-croix (E. et J. DE GONCOURT, Journal, 1879, p. 9) :
3. ... le Général de brigade, Comte Robert Fauvel de La Monnerie, Commandeur de la Légion d'honneur, Croix de Guerre, Commandeur de l'Étoile Noire du Bénin, Commandeur du Nicham-Iftikar...
DRUON, Les Grandes familles, t. 1, 1948, p. 69.
SYNT. Commandeur de la garde nationale; cordon, croix, ruban de commandeur; remise de la cravate de commandeur de la Légion d'honneur.
2. FRANC-MAÇONNERIE. Grand commandeur. Titre correspondant à l'un des grades les plus élevés de la hiérarchie maçonnique. Camille Savoire (...) resta fidèle au Grand-Orient et devint grand-commandeur du Grand Collège des Rites (P. NAUDON, La Franc-maçonnerie, 1963, p. 104).
3. Commandeur des croyants. Dignité d'un souverain musulman, calife ou sultan, en tant que successeur de Mahomet. Synon. émir des croyants. Je ne puis signer le traité avec le roi de Paris sans le consentement du calife de Bagdad, qui est commandeur des croyants (HUGO, Le Rhin, 1842, p. 193).
C.— Vieilli. [Dans une plantation coloniale] Contremaître chargé en particulier de surveiller les esclaves. Ces caciques sont, comme les commandeurs d'habitation, des êtres passifs, exécuteurs aveugles des volontés de leurs supérieurs (Voyage de La Pérouse, t. 2, 1797, p. 268). Le commandeur des Nègres, un fouet à la main, (...) lui prescrivit de sarcler les herbes dans une plantation de maïs (CHATEAUBRIAND, Les Natchez, 1826, p. 349).
Prononc. et Orth. :[]. Ds Ac. 1694-1932 (en 1964 sous commende). Étymol. et Hist. 1. 1167-70 comandere « chef, celui qui commande » (G. D'ARRAS, Ille et Galeron, éd. E. Löseth, 6554) — 1611, COTGR., spéc. 1741 « celui qui est investi du commandement d'une plantation dans les îles d'Amérique » (J. SAVARY DES BRUSLONS, Dict. universel de comm.); 2. 1260 commandeor « chevalier d'un ordre militaire » (A.N.S. 5095, pièce 19 ds GDF. Compl.); 3. 1816, 26 mars « celui qui est immédiatement au-dessus de l'officier dans un ordre de chevalerie » (Ordonnance royale d'apr. Lar. Lang. fr.). Dér. de commander; suff. -eur2. Fréq. abs. littér. :317. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 986, b) 357; XXe s. : a) 197, b) 195. Bbg. VAGANAY (H.). Notes sur la lang. du 16e s. R. de Philol. fr. 1933, t. 45, p. 137.

commandeur [kɔmɑ̃dœʀ] n. m.
ÉTYM. 1260, commandeor; 1167, comandere « chef »; de commander.
1 Hist. Chevalier d'un ordre militaire ou hospitalier, pourvu d'une commanderie. || Commandeur de Malte, de l'Ordre teutonique. || Dom Juan invita à souper la statue du commandeur qu'il avait tué (Molière, Dom Juan, III, 7). — ☑ Fig. La statue du commandeur : l'instrument du destin, qui fait justice d'un crime.
2 (1814). Grade honorifique dans un ordre de chevalerie. || Être commandeur de la Légion d'honneur (grade au-dessus de l'officier). || Cravate de commandeur.
3 (Av. 1704, Galland). Hist. || Commandeur des croyants : titre que prenaient les califes.
0 Je te répète que je suis le commandeur des croyants et le vicaire, sur la terre, du maître des deux mondes.
A. Galland, les Mille et une Nuits, t. II, p. 493.
4 Vx. Contremaître qui surveillait les esclaves, dans une plantation (Chateaubriand, les Natchez, in T. L. F.).

Encyclopédie Universelle. 2012.

См. также в других словарях:

  • Commandeur — is a title in French and Dutch (also, now a purism, Kommandeur), usually rendered in English as Commander, with different uses. The literal meaning is he who commands, parallel to Commandant. In most senses the German equivalent is Kommandeur.… …   Wikipedia

  • commandeur — COMMANDEUR. s. m. Chevalier d un Ordre Militaire ou Hospitalier, pourvu d un Bénéfice du même Ordre, qui lui donne le titre de Commandeur. Commandeur de Malte. Commandeur de Saint Lazare. Commandeur de Saint Louis. Commandeur de l Ordre… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • Commandeur [1] — Commandeur (fr., spr. Kommangdöhr), 1) der Befehlshaber einer Truppenabtheilung; so gibt es Compagnie , Bataillons , Regiments , Divisions C s. Sonst u. auch wohl noch jetzt verstand man unter Chef einen Befehlshaber, dem der Monarch eine… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Commandeur [2] — Commandeur (spr. Kommangdöhr), einige Vögel, als Emberiza Gubernator, von Buenos Ayres, s. u. Ammer h); Cassicus (Xanthornus phoeniceus), aus Nordamerika, ist ganz schwarz, auf der Flügelschulter mit einem rothen, unten gelb gesäumten Flecke, das …   Pierer's Universal-Lexikon

  • commandeur — (ko man deur) s. m. 1°   Chevalier pourvu d une commanderie dans les anciens ordres militaires. Commandeur de Malte. •   Seigneur commandeur, mon maître don Juan vous demande si vous voulez lui faire l honneur de venir souper avec lui, MOL. le… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • COMMANDEUR — s. m. Chevalier d un ordre militaire ou hospitalier, pourvu d une commanderie. Commandeur de Malte. Commandeur de Saint Lazare. Commandeur de l ordre Teutonique.   Il désigne aussi, dans plusieurs ordres militaires et autres, Un grade plus ou… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • commandeur — I. Commandeur. s. m. Chevalier d un Ordre militaire, qui tient une Commanderie. Commandeur de Malte. On appelle, Commandeurs de l Ordre du S. Esprit, Les Prelats qui en sont. Le Cardinal, l Evesque tel, est Prelat Commandeur de l Ordre du saint… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • COMMANDEUR — n. m. Grade plus ou moins élevé, qui est purement honorifique. Dans l’ordre de la Légion d’honneur, le grade de commandeur est le troisième. Commandeur de l’ordre du Bain (Angleterre). Il se disait aussi d’un Chevalier d’un ordre militaire ou… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Commandeur — Le terme de Commandeur peut faire référence au : Sommaire 1 Grade militaire Ordre 1.1 Ordre du Temple 1.2 Ordre de Saint Jean de Jérusalem 1.3 Légion d honneur …   Wikipédia en Français

  • Commandeur des Arts et Lettres — Officier des Arts et Lettres Der Ordre des Arts et des Lettres (dt.: Orden der Künste und der Literatur) ist ein …   Deutsch Wikipedia


Поделиться ссылкой на выделенное

Прямая ссылка:
Нажмите правой клавишей мыши и выберите «Копировать ссылку»